Roark

Une interview avec l'intrépide photographe de Roark Dylan Gordon

Le reporter attitré des voyages de Roark
By Beau Fleminster

 

Quels sont, pour toi, les ingrédients d’une bonne photo ?

Le moment. Être vraiment engagé dans ce que vous photographiez vous fait presque oublier l’appareil lui-même. Et la lumière. Punaise, j’aime la bonne lumière. La bière peut aider aussi. 

 

 

Sur ses souvenirs dans des endroits reculés.

“J’aime être en immersion dans une culture, ne rien comprendre à la langue qu’on parle dans la rue mais savoir exactement pourquoi je suis ici. " Des mots justes de la part du l’aventurier-documentariste de Roark. À peine rentré chez lui d’un voyage sur des îles perdues à l’autre bout de la terre (les Malouines), Dylan partage avec nous quelques moments de sa vie, passée autour du monde.

Alors le surf – difficile de trouver des bonnes vagues là-bas ? (les Malouines)

Ouais, le voyage en Patagonie était spécial. J’ai grandi dans un ranch rempli de chevaux sur la côte centrale, donc avoir l’opportunité de monter aux côtés de gauchos assez radicaux dans des paysages à couper le souffle fut pour moi vraiment incroyable. Faire cuire la viande au feu de bois, gravir des monts enneigés, galoper dans des ranchs…il y a pire dans la vie. Je suis resté pantois face aux extrêmes de cette région. On passe des plaines aux montagnes en un clignement de cil. Dans la région montagneuse de Bariloche, on avait vraiment l’impression d’être sur une autre planète. Arriver là-bas à pied fut terriblement long. C’est une région modeste qui vous calmera assez rapidement.

 

 

Comment es-tu arrivé dans la photographie d’ailleurs ?

La photographie est venue à moi quand je voyageais pour le skate. Je me suis de plus en plus intéressé à la documentation de mes voyages et des moments que je passais avec mes amis à skater. La photographie m’accompagne dans toutes mes autres passions comme le surf par exemple. Les deux vont de pair assez facilement.

 

 

Peux-tu me parler de tes endroits favoris à photographier ?

Puisque que la nature de chacun de mes voyages est différente, j’adore photographier des endroits pour diverses raisons. Que cela soit la traversée à moto du Vietnam ou de l’Himalaya, du surf en Russie ou une chevauchée en Argentine, j’adore tous ces moments et ne pourrais choisir l’un d’entre eux.

 

 

Des situations embarrassantes pendant l’un de tes voyages ?

Ha. Avoir un flingue braqué sur soi en Russie ? Pas super drôle. J’ai failli être percuté en moto par quelques semi-remorques sur des chemins de montagnes au Bhoutan. Se faire pousser hors de l’eau par des requins était assez flippant aussi.

 

 

En savoir plus? Lisez notre Volume 15: "Vagabundos Del Carne"


ajouter au panier Adding... Thank you!
Français
Français